Déclaration du Parti libéral du Canada sur la situation en Ukraine

29 janvier 2015

« Les forces armées et dirigées par la Russie ont clairement violé le cessez-le-feu en vigueur dans l’est de l’Ukraine en attaquant la ville de Marioupol. Il ne fait aucun doute que cette violation a été accomplie avec le soutien et l’encouragement de la Russie et que le président Poutine continue de fouler aux pieds la souveraineté de l’Ukraine.

Nous devons continuer de crier haut et fort que cette agression contre la souveraineté de l’Ukraine et ce mépris flagrant pour celle-ci ne seront pas sans avoir de nouvelles et graves conséquences économiques.

Plus particulièrement, nous exhortons le gouvernement du Canada à élargir les sanctions contre Moscou en ajoutant les noms des influents hommes d’affaires suivants à la liste des citoyens russes frappés de sanctions : M. Igor Sechin, président de Rosneft, et M. Sergey Chemezov, chef de la direction de Rostec. Tous deux sont de proches alliés du président Poutine et font l’objet de sanctions par les États-Unis; le Canada ne devrait pas hésiter en faire autant.

Le gouvernement canadien devrait aussi étudier, de concert avec ses alliés, la possibilité d’exclure la Russie du réseau SWIFT (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication).

Comme nous l’avions vivement conseillé déjà, le Canada devrait fournir des blindés aux moniteurs de l’OSCE qui sont actuellement chargés de la dangereuse tâche de faire observer dans l’est de l’Ukraine le cessez-le-feu, aujourd’hui rompu. Cela permettrait aux moniteurs d’être mieux en mesure de faire leur travail sans craindre pour leur sécurité.

Tandis que les négociations sur le libre-échange se poursuivent, le Canada devrait immédiatement lever tous les obstacles commerciaux pour les entreprises ukrainiennes, comme l’a fait l’Union européenne pour jusqu’à la fin de 2015.

Dans le cadre de son soutien à long terme à l’Ukraine, le Canada devrait également aider le gouvernement de ce pays à mettre sur pied et à renforcer les institutions essentielles à la démocratie, ce qui permettrait d’asseoir le pays sur de solides assises.

Le gouvernement du Canada devrait demander à ses alliés de l’OTAN de se réunir en toute urgence afin de décider de l’imposition de nouvelles sanctions, au vu de l’escalade de l’agression russe contre l’Ukraine‎. »